Impact sommeil sur santé cérébrale

On passe en moyenne un tiers de notre vie à dormir. On le sait et on l’entend toujours : le sommeil c’est important, c’est réparateur ! Mais qu’est-ce que cela veut dire ? Qu’est-ce qui se passe « quand on éteint les lumières » ? Le cerveau continue de « travailler ». Je veux dire par là qu’il continue de fonctionner, il se régénère, il apprend, se souvient… etc. C’est un sacré bosseur ce cerveau !

Je vous explique un peu mieux : Que se passe-t-il durant le sommeil ?

Pour étudier l’activité cérébrale durant le sommeil, on utilise notamment l’électro-encéphalogramme. Grâce à lui, on va mesurer l'activité électrique du cerveau via des électrodes. On constate que le sommeil correspond à une succession de plusieurs cycles, sachant qu’un cycle est lui-même constitué d'une alternance entre le sommeil lent et le sommeil paradoxal.

Par les différents mécanismes qu’il implique, le sommeil va permettre à l’organisme de récupérer sur le plan physique et mental. Les études tendent à montrer que le sommeil est important notamment pour :

  • La concentration et la mémoire : le sommeil va permettre de consolider nos apprentissages. Alors un conseil : quand vous devez apprendre quelque chose, mieux vaut le faire dans la durée. Les nuits vont consolider, c’est-à-dire rendre plus solide, la trace de vos souvenirs, de vos apprentissages, que si vous deviez apprendre la veille pour le lendemain ou quelques heures avant !
  • L’humeur et la régulation émotionnelle : effectivement une mauvaise qualité / quantité de sommeil, accentue le risque d'irritabilité et de symptômes dépressifs.
  • Le poids. Un manque de sommeil peut en effet favoriser la prise de poids. Car cela augmente l'appétit en modulant les hormones qui le régulent.
  • Le système immunitaire et donc la santé en général. En effet, une privation de sommeil aurait une influence sur la nature et le nombre de cellules immunitaires.  

Si le sommeil n’est pas votre meilleur ami, je vous prépare également quelques conseils pour l’améliorer dans un prochain article.


Image

Caroline Joubert: Neuropsychologue

Caroline Joubert a obtenu un Master en Psychologie avec une spécialisation en Neuropsychologie à l'Université de Caen et un diplôme inter-universitaire en Psychopathologie et Affections Neurologiques à l’Université Paris 8. Elle a été responsable d’évaluations et réhabilitations neuropsychologiques auprès d'adultes et d'enfants au sein de différents hôpitaux en France, ainsi qu'en libéral. Chez ELLISTRA, elle apporte son expertise en neuroscience pour créer divers contenus (vidéos, articles, etc.).

RÉFÉRENCES

Impact sommeil sur santé cérébrale

Quel est l’impact du sommeil sur votre santé cérébrale ?

par Caroline Joubert

PARTAGER

TESTER L’APP GRATUITEMENT MAINTENANT !

On passe en moyenne un tiers de notre vie à dormir. On le sait et on l’entend toujours : le sommeil c’est important, c’est réparateur ! Mais qu’est-ce que cela veut dire ? Qu’est-ce qui se passe « quand on éteint les lumières » ? Le cerveau continue de « travailler ». Je veux dire par là qu’il continue de fonctionner, il se régénère, il apprend, se souvient… etc. C’est un sacré bosseur ce cerveau !

Je vous explique un peu mieux : Que se passe-t-il durant le sommeil ?

Pour étudier l’activité cérébrale durant le sommeil, on utilise notamment l’électro-encéphalogramme. Grâce à lui, on va mesurer l'activité électrique du cerveau via des électrodes. On constate que le sommeil correspond à une succession de plusieurs cycles, sachant qu’un cycle est lui-même constitué d'une alternance entre le sommeil lent et le sommeil paradoxal.

Par les différents mécanismes qu’il implique, le sommeil va permettre à l’organisme de récupérer sur le plan physique et mental. Les études tendent à montrer que le sommeil est important notamment pour :

  • La concentration et la mémoire : le sommeil va permettre de consolider nos apprentissages. Alors un conseil : quand vous devez apprendre quelque chose, mieux vaut le faire dans la durée. Les nuits vont consolider, c’est-à-dire rendre plus solide, la trace de vos souvenirs, de vos apprentissages, que si vous deviez apprendre la veille pour le lendemain ou quelques heures avant !
  • L’humeur et la régulation émotionnelle : effectivement une mauvaise qualité / quantité de sommeil, accentue le risque d'irritabilité et de symptômes dépressifs.
  • Le poids. Un manque de sommeil peut en effet favoriser la prise de poids. Car cela augmente l'appétit en modulant les hormones qui le régulent.
  • Le système immunitaire et donc la santé en général. En effet, une privation de sommeil aurait une influence sur la nature et le nombre de cellules immunitaires.  

Si le sommeil n’est pas votre meilleur ami, je vous prépare également quelques conseils pour l’améliorer dans un prochain article.


Image

Caroline Joubert: Neuropsychologue

Caroline Joubert a obtenu un Master en Psychologie avec une spécialisation en Neuropsychologie à l'Université de Caen et un diplôme inter-universitaire en Psychopathologie et Affections Neurologiques à l’Université Paris 8. Elle a été responsable d’évaluations et réhabilitations neuropsychologiques auprès d'adultes et d'enfants au sein de différents hôpitaux en France, ainsi qu'en libéral. Chez ELLISTRA, elle apporte son expertise en neuroscience pour créer divers contenus (vidéos, articles, etc.).

Image

Caroline Joubert: Neuropsychologue

Caroline Joubert a obtenu un Master en Psychologie avec une spécialisation en Neuropsychologie à l'Université de Caen et un diplôme inter-universitaire en Psychopathologie et Affections Neurologiques à l’Université Paris 8. Elle a été responsable d’évaluations et réhabilitations neuropsychologiques auprès d'adultes et d'enfants au sein de différents hôpitaux en France, ainsi qu'en libéral. Chez ELLISTRA, elle apporte son expertise en neuroscience pour créer divers contenus (vidéos, articles, etc.).

RÉFÉRENCES